SUIVEZ-NOUS !
PARTENAIRES ET MÉCÈNES

Les Amis du MAM remercient chaleureusement ces partenaires et/ou mécènes qui contribuent régulièrement à nos actions.

AMIS DU MAM

Rejoignez les 400 adhérents et aidez-nous à soutenir le Musée d'Art Moderne de Troyes. Agir et soutenir avec nous est une aventure passionnante quand l'art et la culture sont au centre de nos actions !

NOS ACTUALITÉS

Conférences, ateliers découvertes pour enfants, voyages et actualités culturelles

 

ENTRONS AU MUSÉE !

Copyright © 2023 AMIS DU MAM TROYES - contact@amisdumamtroyes.fr - Mentions légales

Les conférences ont lieu à l'auditorium du musée d'Art moderne, elles sont gratuites dans la limite des 100 places disponibles de l'auditorium.

 

CLIQUEZ SUR LA CATÉGORIE QUI VOUS INTÉRESSE OU CLIQUEZ SUR TOUS POUR VOIR TOUTES NOS ACTUALITÉS.

VOUS POUVEZ FAIRE AUSSI UNE RECHERCHE PAR MOTS CLÉS.

1 2 3

CONFÉRENCES

Il y a 150 ans : "Paris 1874. Inventer l'impressionnisme".

29/02/2024

Il y a 150 ans : "Paris 1874. Inventer l'impressionnisme".

Conférence avec projections et rencontres à l'amphithéâtre du musée d'Art moderne.
Entrée libre et gratuite dans la limite des 100 places disponibles.

“Paris 1874. Inventer l’impressionnisme”. Musée d’Orsay

Galerie Nadar, 15 avril 1874, de jeunes artistes indépendants décident d’exposer en dehors de tout cadre officiel leur travail des cinq dernières années.
Les nouveaux sujets de la ville haussmannienne, des loisirs bourgeois et de la campagne ont leur prédilection.
La critique n’est pas tendre envers ces quelques cent soixante-cinq œuvres de trente artistes aux horizons divers, et qui ont décidé de s’affranchir du dessin pour privilégier un rendu de la couleur par la touche.
Particulièrement critiquée, la toile de Claude Monet, Impression Soleil Levant, laisse finalement un nom pour cette génération d’artistes qui 
réalise huit expositions entre 1874 et 1886

 

Si vous voulez nous soutenir et adhérer à notre association, rubrique NOUS SOUTENIR.

Destins croisés de quatre artistes emblématiques, Picasso, Foujita, Modigliani et Soutine.

04/02/2024

Destins croisés de quatre artistes emblématiques, Picasso, Foujita, Modigliani et Soutine.

Conférence avec projections et rencontres à l'amphithéâtre du musée d'Art moderne.
Entrée libre et gratuite dans la limite des 100 places disponibles.

Délaisser des berceaux familiaux d’Espagne, d’Italie, du Japon et de Biélorussie pour rejoindre Paris au début du XXe siècle fut le destin de ces artistes gourmands de liberté et de reconnaissance.
Pourquoi Paris en fit-elle des génies de la Modernité ?
Pourquoi n’y écoutèrent-ils en définitive qu’eux-mêmes sans se soucier du quand dira-t-on, du conformisme, du politiquement correct et de la censure d’une ville aussi merveilleuse qu’impitoyable ?
Pourquoi y transgressent-ils les Maîtres et l’académisme pour imposer leur esthétique si magnifique et si singulière ?
Par quels nouveaux moyens ont-ils décomposé et recomposé le monde à leur image ?
Pourquoi l’École de Paris se singularise-t-elle parmi les avant-gardes du XXe siècle ?
Pour répondre à ces questions, il s’agira de définir à quel point la spatialité de Cézanne, au pied de la Sainte-Victoire, pèse dans la formation d’artistes ambitieux mais encore en herbe, de mesurer à quel point Matisse, leur aîné, inventeur de « Luxe, Calme et Volupté » en 1904, fut la passerelle qui les mène à passer plus aisément de l’Autrefois à l’Aujourd’hui, qui leur ouvre les portes du postimpressionniste, du fauvisme et de l’expressionnisme.
Matisse qui est le premier à qualifier ses amis Picasso et Braque en 1908 de cubistes. 
Ce sera surtout aux œuvres de répondre.
Et aussi à la genèse des artistes en herbe.
À l’histoire de leur détermination, de leur culture natale, de leur virtuosité, de leur philosophie naturelle ainsi que de leur ardeur au travail.
Les raisons qui mènent à la naissance des trophées qu’ils laissent derrière eux et qui font la fierté actuelle des plus grandes collections muséales 
et privées, diffèrent mais ils convergent dans la recherche de la Beauté absolue et dans l’intime partage de leurs rêves d’humanité et de sublimation.
Le séjour que Modigliani, Soutine et Foujita font ensemble, partageant maison et travaux dans le Midi de la France au printemps et à l’été 1918, illustrera en conclusion ce que peut produire de merveilles dans l’Histoire de l’art les effets du confinement, des confrontations d’egos, les surpassements de personnalités fortes et particulières, les géniales performances d’amis, les œuvres exemplaires issues de la maturation de leur subjectivité individuelle et collective sous-tendue par la création artistique et leur rêve d’éternité au monde. 

 

Si vous voulez nous soutenir et adhérer à notre association, rubrique NOUS SOUTENIR.

Roger Bissière "s'abandonner à peindre"

03/02/2024

Roger Bissière "s'abandonner à peindre"

Conférence avec projections et rencontres à l'amphithéâtre du musée d'Art moderne.
Entrée libre et gratuite dans la limite des 100 places disponibles.

Autour de quelques dates emblématiques, la conférence évoquera le parcours artistique singulier de Roger Bissiere (1886-1964).
Tour à tour, jeune critique d’art influent, artiste remarqué et enseignant charismatique, il gagne le Lot à la déclaration de la guerre pour "s’abandonner » à peindre.
A soixante-six ans, une notoriété tardive le propulse chef de file de l’abstraction de la seconde école de Paris

Si vous voulez nous soutenir et adhérer à notre association, rubrique NOUS SOUTENIR.

L’Italie en mouvements : de l’avant-garde futuriste au « classicisme moderne »

02/02/2024

L’Italie en mouvements : de l’avant-garde futuriste au « classicisme moderne »

Conférence avec projections et rencontres à l'amphithéâtre du musée d'Art moderne.
Entrée libre et gratuite dans la limite des 100 places disponibles.

La toute jeune Italie du début du XXe siècle voit naître des courants artistiques qui s’opposent à l’art traditionnel.
En 1909, Filippo Tommaso Marinetti publie le Manifeste du Futurisme, avant-garde qui incarne un désir un renouveau total de l’art, et plus largement de la société.
Il exalte l’iconographie du mouvement et du rythme frénétique de la ville moderne.
A l’opposé, une décennie plus tard, la Metafísica de Giorgio De Chirico choisit la voie du renouvellement par un classicisme doté d’une esthétique énigmatique.
Cette conférence dresse un panorama de l’art italien dans la première moitié du XXe siècle, dont les recherches sur la modernité font échos aux collections du musée d’Art moderne de Troyes, des peintures cubistes au « retour de à l’ordre » d’André Derain.
Elle annonce la prochaine exposition du musée qui présentera la collection de la fondation Cirulli de Bologne, un regard de collectionneurs sur l’art et le design italien de la première moitié du XXe siècle.

Si vous voulez nous soutenir et adhérer à notre association, rubrique NOUS SOUTENIR.

Sculptrices modernes (1870-1970). Un siècle de création variée

28/01/2024

Sculptrices modernes (1870-1970). Un siècle de création variée

Conférence avec projections et rencontres à l'amphithéâtre du musée d'Art moderne.
Entrée libre et gratuite dans la limite des 100 places disponibles.

Au décès de Germaine Richier en 1959, un article non signé de L’Express titrait « Sculpture. Une femme peut donc créer ».
Les représentations sociales ont longtemps tenu pour incompatibles la réserve associée à la condition féminine et l’imaginaire viril du métier de sculpteur (force physique, confrontation aux matériaux, autorité du maître sur les assistants et praticiens…).
Si l’on ajoute les contraintes économiques de la sculpture traditionnelle, tel que le coût élevé des fontes, on mesure les obstacles multiples rencontrés par les sculptrices.
Nombreuses sont pourtant les femmes à s’affirmer dans le champ de la sculpture à partir du XIXe siècle, comme l’ont mis en lumière les travaux d’Anne Rivière.
Ainsi, malgré les difficultés, les sculptrices se sont ont investi dans tous les mouvements d’avant-garde, surréalisme, abstraction, Harlem renaissance, pop art mais elles sont également présentes dans la sculpture académique où elles réalisent de nombreux portraits et des figurines animalières.
Certaines d’entre-elles prennent le marteau et le burin pour répondre à des commandes officielles, ce qui leur permet de travailler la pierre sur de grands formats et d’inscrire leurs œuvres dans l’espace public tels les monuments aux morts.
Plus proche de nous, quelques sculptrices se sont mises au service de la cause féministe.
Les sculptrices ont régulièrement, aux côtés des hommes, participé aux grand salons parisiens, aux grandes expositions collectives et ont parfois reçu des prix importants, à l’exemple de Lucienne Heuvelmans, première femme à obtenir un grand prix de Rome en 1911.
Elles sont également présentes dans les collections des grands musées, et pourtant, leurs noms nous sont bien souvent inconnus.
L’objet de cette conférence est donc de les faire connaître, de montrer leur travail et leur talent.

Si vous voulez nous soutenir et adhérer à notre association, rubrique NOUS SOUTENIR.

Le Centre Pompidou, un Ovni au cœur de Paris, un bâtiment, des collections.

05/12/2023

Le Centre Pompidou, un Ovni au cœur de Paris, un bâtiment, des collections.

Conférence avec projections et rencontres à l'amphithéâtre du musée d'Art moderne.
Entrée libre et gratuite dans la limite des 100 places disponibles.

La naissance du Centre Pompidou, c’est l’histoire d’une rencontre que personne n’avait imaginée entre un président de la République épris d’art contemporain, un jury de concours courageux et deux jeunes architectes presque inconnus.
Plusieurs fois, le projet a failli capoter et pourtant il est arrivé à bon terme.
Il en a résulté, il y a presque cinquante ans, un bâtiment qui a bouleversé le paysage de Paris et révolutionné l’architecture des lieux de culture.
Bien avant le choc du Guggenheim de Bilbao dessiné par Frank Gehry, le Centre Pompidou a donné le coup d’envoi à une vague mondiale de constructions de musées. 
Le bâtiment de Piano et Rogers a connu beaucoup de modifications depuis sa création, il va à nouveau entrer en chantier pour cinq années.
Mais son esprit pluridisciplinaire demeure bien vivant, associant une bibliothèque ouverte à tous et l’une des plus belles collections d’art moderne de la planète.

Si vous voulez nous soutenir et adhérer à notre association, rubrique NOUS SOUTENIR

La représentation du Visage dans l'Art au XXe siècle

04/07/2023

La représentation du Visage dans l'Art au XXe siècle

Conférence avec projections et rencontres à l'amphithéâtre du musée d'Art moderne.
Entrée libre et gratuite dans la limite des 100 places disponibles.

Même au XXe siècle, prétendant que le sujet est un prétexte, le visage ne reste pas un sujet comme un autre.
Ses transformations ne s'effectuent pas au même rythme que celle des autres genres.
Car on ne peut porter atteinte au visage, le déformer, sans remettre en question la notion de personne.
Plus fondamentalement, c'est notre identité propre que nous protégeons en protégeant le visage.
Cette conception, qui fait de la représentation du visage un substitut de l'être, crée un tabou qui interdit de heurter l'intégrité de cette forme.
Etroitement surveillé et protégé, il est le dernier maillon de la chaine qui nous relie à la tradition humaniste.
Ainsi toute transformation du visage produit elle un effet immédiat et ne nous laisse-t-elle jamais indifférent.
On sait le malaise, mêlé parfois d'un plaisir ambigu, que peuvent provoquer par exemple les œuvres de Francis Bacon.
La réflexion proposée aura comme but de parcourir les changements de la représentation du visage dans la peinture au cours du XIXe et XXe siècles à travers les portraits et les autoportraits.
On verra en effet, que si parfois sa présence est moins remarquée, si parfois il « perd sa face », alors en dernière instance, tel un Phénix, il renaît toujours de ses cendres.
Les « portraits » de Giacometti, entre effacement et affirmation, en sont un exemple magnifique.

Si vous voulez nous soutenir et adhérer à notre association, rubrique NOUS SOUTENIR.

Pierre Tal Coat

20/04/2023

Pierre Tal Coat

Conférence avec projections et rencontres à l'amphithéâtre du musée d'Art moderne.
Entrée libre et gratuite dans la limite des 100 places disponibles.

Jean-Pascal Léger a enregistré, en 1977, avec Pierre Tal Coat, une série de Grands Entretiens pour France Culture.
Il n’a cessé dès lors (jusqu’en 1985) de se rendre à Dormont, près de Vernon, pour passer des journées en compagnie du peintre dans son atelier, au milieu de deux mille tableaux en travail. 
Jean-Pascal Léger a publié dans la Revue et les Éditions Clivages (qu’il a fondées en 1974) des dessins et gravures originales de Tal Coat.
Il a consacré à Tal Coat, chaque année de 1981 à 1991, une exposition personnelle à la Galerie Clivages, à Paris, suscité ou conçu une trentaine d’expositions personnelles de ce grand peintre dans des musées et centres d’art français et belges, notamment, en 2011, une rétrospective au Musée des Beaux-arts de Mons (Tal Coat 1946-1985) et, en 2017, celle du Musée Granet, à Aix-en-Provence, Tal Coat ou La Liberté farouche de peindre, 1925-1985. 
Outre de nombreuses préfaces et entretiens, il a publié, aux éditions Somogy, la monographie Tal Coat, Pierre et front de bois (2017). 
Récemment acquis par le Musée d’art moderne de la Ville de Troyes, le tableau Passage rapide (1953) représente par excellence la période aixoise de Tal Coat, celle des Profils sous l’eau, des Rochers, des Failles et des Passages.
En 1943 en effet, Tal Coat s’était installé à Château Noir, un lieu chargé pour les peintres des plus audacieuses significations puisque Paul Cézanne y avait une remise pour ses tableaux et qu’il peignait sur les chemins environnants, au milieu des pinèdes, dans les parages de la Sainte-Victoire… 

Si vous voulez nous soutenir et adhérer à notre association, rubrique NOUS SOUTENIR.

Raoul Dufy

19/04/2023

Raoul Dufy

Conférence avec projections et rencontres à l'amphithéâtre du musée d'Art moderne.
Entrée libre et gratuite dans la limite des 100 places disponibles.

Si Raoul Dufy (1877-1953) demeure l'un des plus grands maîtres de l'art du XXe siècle, on oublie trop souvent qu'artiste protée, il fut l'un des rénovateurs de l'art textile en France.
Chez Dufy, nulle partition entre ce qui relèverait d'un art majeur et les inventions destinées à alimenter des productions décoratives.
L'artiste a toujours traité avec un égal souci de perfection toutes ces entreprises quelle qu'en soit le destin, ne s'interdisant jamais de nourrir les unes et les autres d'une inspiration commune.
Nous évoquerons ainsi, au travers d'un corpus très divers, toute l'œuvre textile de Dufy, depuis ses prémices jusqu'à ses derniers développements.
Les bois gravés pour l'illustration du Bestiaire d'Apollinaire sont en effet, en 1911, à l'origine même de cette activité originale.
Cette inventivité dans la xylographie le fait remarquer de Paul Poiret, qui n'hésite pas à lui confier le destin de la fameuse « Petite Usine » du bd Clichy, où Dufy va largement renouveler le tissu haute couture, multipliant les larges motifs floraux au dessin stylisé et imprimés en deux tons.
Dès 1912, avec l'accord de Poiret, il rejoint la maison de soieries lyonnaises Bianchini-Ferier qui lui assure les moyens 18 années durant, d'un millier au moins de projets, traduits ou pas sur les métiers.
On peine à compter les voiles, mousselines, taffetas ou satins qui portent la marque du maître tant pour la couture que pour l'ameublement, sans compter son action en faveur de la tapisserie à Aubusson et ailleurs.
Nul étonnement donc à ce qu'une telle inventivité séduise encore les créateurs contemporains.

Si vous voulez nous soutenir et adhérer à notre association, rubrique NOUS SOUTENIR.

Parvine Curie, un monde sculpté

18/04/2023

Parvine Curie, un monde sculpté

Conférences avec projections et rencontres dans l'amphithéâtre du musée d'Art moderne.
Entrée libre et gratuite dans la limite des 100 places disponibles.

La sculptrice Parvine Curie (1936 - ) a passé sa jeunesse à Troyes, laquelle lui a passé autrefois commande d'une porte monumentale pour orner la façade du musée d'art moderne (1984).
Au cours de sa carrière, elle a nourri une recherche d'harmonie entre l'architecture, l'homme et la nature.
Les « Mères », thème de prédilection de l'artiste, incarnent un message universel d'espoir, comme le montre l'exposition présentée au MAM de Troyes, à partir du 23 juin 2023.

Si vous voulez nous soutenir et adhérer à notre association, rubrique NOUS SOUTENIR.

Le Street Art, de la rue à la collection

17/04/2023

Le Street Art, de la rue à la collection

Conférences avec projections et rencontres...
Amphithéâtre du musée d'Art moderne, place Saint Pierre.
Entrée libre et gratuite dans la limite des 100 places disponibles /organisées par l'association des Amis du musée d'Art moderne de Troyes.

Loin de se résumer à un simple tag revendicateur, le street art est devenu, en à peine 40 ans, une forme artistique reconnue.
Les années 80, dans le New-York underground, voient notamment Jean-Michel Basquiat et Keith Haring couvrir les murs de figures et de symboles colorés.
L'un évoquant ses racines haïtiennes et africaines, l'autre dénonçant, entre autres, un nouveau fléau nommé Sida.
Ces dernières années, des artistes contemporains tels JR, Bansky ou Oja usent de nouvelles techniques graphiques et photographiques pour offrir aux yeux du monde des regards, des dénonciations et des adorations.
Le marché de l'art et le monde muséal ont depuis, chacun à leur manière, permis une reconnaissance de cet art à la marge.
Défiant les maîtres de l'art moderne aux enchères ou entrant au musée, certains artistes du Street Art permettent aujourd'hui à certains de créer une collection.

Si vous voulez nous soutenir et adhérer à notre association, rubrique NOUS SOUTENIR.

Le jardin de sculptures du MAM : une réinterprétation contemporaine de l'ancien jardin de l'évêché

17/04/2023

Le jardin de sculptures du MAM : une réinterprétation contemporaine de l'ancien jardin de l'évêché

Conférences avec projections et rencontres.
Amphithéâtre du musée d'Art moderne, place Saint Pierre.
Entrée libre et gratuite dans la limite des 100 places disponibles.

Métamorphose est une agence de paysagistes concepteurs basée dans l'agglomération troyenne qui travaille à toutes les échelles de projet : du jardin, aux espaces publics jusqu'aux études paysagères de territoire.
La conférence abordera les différentes étapes de conception et de réalisation de ce jardin : consultation, diagnostic, parti-pris, composition, lien avec les tableaux du musée, mise en scène des sculptures, choix chromatiques, sélection des plantes et du mobilier puis suivi de chantier.
Elle se poursuivra par une déambulation dans le jardin, entre les parterres fleuris et les sculptures.
Cette conférence inaugure la programmation proposée à l’occasion de la 20e édition des Rendez-vous aux Jardins – événement national porté par le Ministère de la Culture – et qui à Troyes, met à l’honneur le jardin du MAM et celui de l’Hôtel-Dieu-Le-Comte les 2, 3 et 4 juin 2023. 

Si vous voulez nous soutenir et adhérer à notre association, rubrique NOUS SOUTENIR.